);
art_assimil_soprano2

Art assimilé d’Otto Didakt

Manifeste n°18 de « 52 Manifestes pour un art rebelle 100% DIY » de Seitoung

La méthode Assimil d’Otto Didakt consiste à établir des objectifs esthétiques qu’après avoir acquis un certain bagage de connaissances ou d’habiletés. L’apprentissage se fait sur le tas et la conceptualisation a posteriori. Le projet artistique tend à évoluer vers des sous-projets connexes. Les difficultés sont décrites en termes de défis et non d’obstacles. L’art n’identifie aucune limite à son désir de reconnaissance. Certaines activités formelles (cours, ateliers, séminaires, performances) font partie du projet artistique ; toutefois la frange feyerabendienne du mouvement refuse le recours à l’apprentissage dirigé. L’art ottodidaxique suit un processus stochastique d’apprentissage par la création tolérant ainsi un grand degré d’incertitude sur le résultat final. Il autorise en premier lieu l’apprentissage en direct par exécution naturelle sans consignes ou contraintes.

Seitoung s’est essayé à la méthode de l’art Assimil en 24 heures lors du festival L’Armor à sons, Bobital, le 30 juin 2017 pour le compte du fanzine Daedalus :

  • Olivia Ruiz, première œuvre exécutée en 5 minutes (H0) ;
  • Soprano, seconde œuvre en 10 minutes (H+2) ;
  • Ofenbach, septième œuvre en 5 minutes (H+9) ;
  • Kasabian quinzième œuvre en 10 minutes (H+24).

Olivia Ruiz, H0, exécution du dessin en 5 minutes

Lorenzo / Soprano, H+2, exécution en 10 minutes.

Ofenbach, H+9, exécution du dessin en 5 minutes

Kasabian, H+24, exécution en 10 minutes

Seitoung "Now Print a zine", dessin au feutre sur papier. 17*22 cm. Contribution à Copy Machine - Zone de Reproduction Temporaire, Rouen, ESADHaR, 2017.

Now Print A Zine

Seitoung « Now Print a zine », dessin au feutre sur papier. 17*22 cm. Contribution pour l’événement collectif Copy Machine – Zone de Reprographie Temporaire, Rouen, ESADHaR, 2017.

Ce dessin est l’une des cinq contributions exécutées à la demande de Laura Morsch-Kihn et Antoine Lefebvre, curateurs de l’événement « Copy Machine – Zone de reprographie temporaire« . Il fait référence à la philosophie DIY du punk et est un détournement du célèbre dessin paru en décembre 1976 dans le zine londonien Sideburns.
Catalogue complet de l’événement : ici.

Copy Machine – Zone de reprographie Temporaire a également été présenté au 8e FILAF de Perpignan dans la catégorie Independent Pages (juin 2018).

IMG_20170420_100410-01

Zinewall

Les zinewalls ou murs de fanzines sont des installations conçues par Seitoung qui utilisent le fanzine DIY comme matériau plastique de base. Ces zinewalls sont de surface variable, de 6 à 666 m², thématiques (punk DIY, graphzines, artzines) ou non, en noir et blanc ou en couleurs, en aplat (2 dimensions) ou en volume (3 dimensions intégrant des objets fanzines à lire dans le mur).

Par sa nature frondeuse – il ne se limite pas aux murs, mais déborde volontiers sur le sol ou le plafond -, le zinewall invite à la réflexion sur le recyclage permanent des slogans, des clichés, des codes esthétiques qui voguent de récupération en récupération. Art du détournement par essence, le zinewall questionne le légitimité de la ré-appropriation de visuels façonnés souvent anonymement, voués à l’éphémère au moment de leur réalisation, mais que le temps se charge de remettre au goût du jour, sacralisant ce qui avait été créé en urgence et sans volonté d’éternité.

Le zinewallisme est le 20e manifeste de l’Art Rebelle 100% DIY.

Installations réalisées : FRAC PACA Marseille (2016, 15 m²), La Grande Passerelle Saint-Malo (2017, 12 m²), Quai des Mondes Mondeville (2017, 18 m²), Printemps de Bourges (2017, 20 m²), Festival L’Armor à sons, Bobital (2017, 30 m²), Le 106, Rouen (2017, 14 m²), L’Echonova, Saint-Avé (2018, 15 m²), La Villa Gregam, Grand-Champ (2018, 20 m²).

VJ_Seitoung

VeeJay Seitoung

Seitoung publie des fanzines depuis 1984. Sa philosophie artistique a toujours reposé sur le DIY (do-it-yourself) qui consiste à puiser l’énergie du moment pour créer sans restriction. Fondateur des labels Les Disques 71 (noise) et Strandflat (post-rock), il a été VJ pour le groupe Have The Moskovik et lors de soirées événementielles (Périscope, Saint Malo Rock City, Saint Maloween). Géographe de formation, spécialiste des cyclones et des tsunamis, le mer en furie constitue une des matières premières de ses interventions vidéos. Mais pas la seule.

Prestations live pour :

Have The Moskovik (L’Astrolabe, Orléans ; T’es Rock Coco, Angers ; Brest)

Black Boys on Moped (Saint-Malo Rock City #1, La Nouvelle Vague, St-Malo)

Deadplayboys (Saint-Malo Rock City #1, La Nouvelle Vague, St-Malo)

Bunch of Bones (Saint-Malo Rock City #1, La Nouvelle Vague, St-Malo)

The Gand Bang Therapy (Saint-Maloween, La Nouvelle Vague, St-Malo)

Season of Tears (Saint-Maloween, La Nouvelle Vague, St-Malo)

Périscope (La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand), veejaying avec des diapositives.